Bruno à Orléan

Qu’est-ce qui vous a poussé à quitter Paris?

Je souhaitais vivre dans un endroit plus calme que la région parisienne. Et aussi là où il y avait plus de possibilité pour moi au niveau de l’emploi, car je ne voulais plus continuer à travailler là où j’étais. Je n’avais pas de revenus stables donc ça ne pouvait pas continuer. Je voulais surtout changer d’air, c’est ce qui m’a donné envie de partir d’ici.

Pourquoi Orléans ?

Je connaissais la ville, j’ai pu y aller quelques fois, et j’aimais la ville pour son architecture, la ville est très sympa. Mais aussi c’est une ville qui est plus posée par rapport à Paris. Mon choix s’est donc porté sur cette ville. J’ai pu avoir l’occasion de visiter la ville avec l’association lors de visite en groupe et donc mieux connaître les endroits où je pouvais avoir un logement.

Quel est votre parcours professionnel et de logement ?

Avant j’étais gardien remplaçant dans des écoles à Paris. Je n’avais pas de revenus stables donc c’était assez compliqué. Je vivais chez ma mère, mais la situation ne pouvait continuer car j’ai mon fils et pour l’accueillir ce n’était pas du tout pratique. C’est alors que j’ai connu l’association, puis j’ai rencontré Monsieur VALETTE qui m’a aidé. Par la suite j’ai eu une première proposition de logement, que j’ai acceptée. Je trouvais le logement un peu petit mais ce n’était pas grave, c’était mon premier logement et je n’allais pas refuser. Avec ce logement je peux désormais recevoir mon fils les week-ends et pendant les vacances. Après mon arrivée à Orléans, tout s’est enchainé. J’ai eu le logement, ensuite j’ai pu travailler chez But d’abord en intérim. En février j’ai eu la chance d’obtenir un CDI. J’avais pu travailler mon insertion professionnelle avec l’association.

Avez-vous eu des craintes ou des inquiétudes avant votre départ ?

Les débuts étaient compliqués… car je n’avais qu’une valise, un matelas gonflable et des petites plaques. Avec l’aide de Monsieur VALETTE et de mes amis qui m’ont accompagné j’ai pu aller chez But pour l’achat de mes meubles. C’était vraiment dur au début, mais Monsieur VALETTE m’a beaucoup rassuré et par la suite ça allait mieux. Dans mon nouveau logement, je suis proche des commerçants, des transports, c’est très accessible ! Je peux me déplacer facilement. Petit à petit je me suis installé et maintenant je suis bien dans mon logement. Je peux accueillir mon fils là pour les vacances donc c’est super. Ma principale crainte c’était pour toutes les galères par rapport à l’emploi et les démarches administratives (avec la CAF, pour changer de logement). Mais c’est surtout au niveau du travail, je ne travaillais pas encore, je n’avais rien. Mais en ayant eu le logement en premier, j’ai pu avoir un pied à terre, et cela m’a permis après de trouver un emploi, grâce au suivi de l’association sur l’emploi. Après ma mission d’intérim, mes employeurs étaient assez satisfaits de mon travail car ils m’ont proposé un CDI après. Donc c’est génial maintenant je travaille chez BUT Olivet, en CDI.

Qu’avez-vous pensé de l’accompagnement ?

J’ai été accompagné principalement par Monsieur VALETTE, qui a toujours eu les mots pour me parler et pour me rassurer quand j’avais des inquiétudes. Il m’a aidé sur tout, je n’ai rien à dire. Il m’envoyait des textos pour me tenir au courant de mes démarches et de ce qui allait se passer.

Un conseil pour les prochains candidats ? 

C’est de rester déterminé, de ne rien lâcher surtout ! Et aussi de savoir ce que l’on veut. Ne pas lâcher c’est très important, il faut pouvoir prendre le temps de bien faire les choses. Si on est déterminé, tout peut se faire. A certains moments j’ai beaucoup hésité et j’ai pensé à tout laisser tomber, et abandonner. Mais je n’ai rien lâché et maintenant j’ai une nouvelle vie et j’ai pu prendre un nouveau départ. Je suis super heureux maintenant ! Grâce au soutien de ma famille et de Monsieur VALETTE j’ai pu tenir. Ils m’ont toujours soutenu et ce qui fait que je n’ai jamais rien lâché.

Maintenant je souhaite passer mon permis voiture, mais aussi le permis moto et bateau. Après j’aimerai aller vivre dans un pavillon, quand tout cela sera fait. Mais aussi pour être plus tranquille plus tard. Vraiment c’est comme le nom de l’association, j’ai pu avoir une nouvelle vie à Orléans et maintenant je vis beaucoup mieux ici. Je suis très reconnaissant pour le travail de l’association.