Interview d'Axel- Le nouveau chargé d'accompagnement de l'association

Axel est le nouveau chargé d’accompagnement de NVN. Après un parcours universitaire dans le développement local, il vient rejoindre les rangs de l’association. Nous lui souhaitons la bienvenue!

Comment te définirais-tu en 3 mots?

Polyvalent, curieux, travailleur

Quel est ton parcours? Quelles étaient tes motivations lorsque tu t’es orienté vers une carrière dans le social?

Je suis diplômé d’un master 2 économie sociale et solidaire, fait en alternance à Paris Habitat. C’est comme ça que je me suis intéressé à la question du logement social et du logement en général. J’ai également eu des expériences dans le social auparavant, et j’ai beaucoup étudié la question de l’aménagement du territoire. Donc tout cela a fait que lorsque l’opportunité NVN s’est présenté j’ai été tout de suite intéressé. Ayant moi-même été amené à emménager dans une ville de région je me suis senti concerné.

Avais – tu déjà travaillé dans une structure associative (association sportive, culturelle, etc) ?

Jamais, j’ai seulement été membre d’une association sportive. J’ai travaillé avec des associations lors de mon alternance chez Paris Habitat, je travaillais sur la vie associative en lien avec le bailleur.


Pourquoi NVN?

Ce qui m’a intéressé c’est de pouvoir être au contact d’un public en difficulté, et faire du social de terrain. Ce que je n’ai pas eu l’opportunité de faire avant. J’étais plutôt dans des aspects stratégiques : à voir ce que l’on pourrait faire sur un territoire d’une manière globale. Mais jamais au contact du public d’une manière opérationnelle. Ce qui m’a particulièrement intéressé c’est qu’on est au-delà de l’opérationnel puisqu’il y a déjà un travail fait avec les travailleurs sociaux, que nous allons retravailler certaines problématiques pour assurer le relogement, on peaufine en fonction de chaque situation, c’est un peu de la broderie et un travail minutieux.

Quelle est ta mission au sein de l’association?

Concrètement je suis chargé d’accompagnement social et logement, j’accompagne les personnes qui ont pour projet de quitter l’IDF et qui ne savent pas forcément où et comment. Je les accompagne dans le choix de ville, dans les démarches à accomplir, l’insertion socio professionnelle et dans la résolution des problématiques auxquelles elles sont confrontées. Par exemple une séparation, des dettes ou une période d’inactivité qui rendent l’obtention d’un logement très difficile.
J’aide aussi pour l’emménagement qui est important. Que ce soit par la sollicitation de certaines aides, ou tout simplement par la planification du déménagement. Notamment pour des personnes qui n’ont jamais eu de logements autonomes, ou qui en ont été éloignés.
 

Qu’est-ce que NVN t’as apporté au niveau professionnel ? Au niveau humain ?

Au niveau pro : je dirais de la polyvalence, parce qu’on agit auprès de publics différents, et pour des tâches qui le sont tout autant. On peut être amené à faire des visites de villes, des démarches administratives techniques, ou tout simplement faire preuve d’écoute auprès des personnes qui en ont besoin. Il y a aussi de l’empathie, on est confronté à des personnes qui veulent surtout parler et il faut les écouter car ils en ont besoin.

L’esprit de synthèse aussi, car il y a beaucoup de travail et qu’il faut souvent aller à l’essentiel, sinon on peut se laisser perdre par l’accompagnement.

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans tes missions ? 

Ce qui me plaît le plus, c’est la considération que peuvent avoir les personnes pour notre travail et c’est là où on voit l’importance du logement. C’est notre quotidien d’appeler les travailleurs sociaux, de faire les demandes de logement donc on ne se rend pas compte mais cela les aide beaucoup. Et Ils ont l’impression d’avancer. Et même si cela n’aboutit pas à un relogement, on sent des gens qui se remobilisent. Et même chez des personnes pour lesquelles on s’y attend le moins.

Par exemple lors des visites de villes que j’ai pu faire, quand on voit des gens qui pensent concrètement à leur avenir dans cette ville et qu’ils se projettent (sur les services médicaux, administratifs, même sur les activités disponibles pour qu’ils puissent rencontrer des gens), c’est qu’il y a déjà une prise de conscience, une pensée vers l’avenir et surtout une projection positive.

 

Un conseil à donner pour les prochains VSC/bénévoles/salariés ?  

Un conseil à donner ? Ne pas se brider parce qu’on ne connaît pas forcément le domaine social. Surtout pour les bénévoles et les VSC pour qui c’est parfois la 1ère expérience. Je pense qu’il faut surtout avoir de l’empathie et être prêt à s’investir. A partir de là, nous pouvons tous apporter, quel que soit le domaine dont on est issu. Il y a par exemple des VSC issus des sciences politiques qui apportent beaucoup à l’association. On agit sur tellement de thématiques qu’il n’y a pas une seule manière de pouvoir aider les personnes mal-logées. Chacun peut apporter quelque chose à la remobilisation des personnes et de différentes manières. 
 
 

Devenir Bénévole !

Rejoignez nos équipes sur les volets logement, emploi ou communication 

en savoir +